DSDraz

Avr 282012
 

Indiana Jones and the Temple Of Doom  sur Amstrad CPC est un jeu d’action dans lequel on incarne le célèbre Professeur Jones. Il est sorti en 1985 sur plusieurs plateformes. Je vais ici vous parler de la version que je possède à savoir la version CPC464.

Après quelques essais et un petit peu d’alcool sur la tête de lecture de mon 464 (et surtout 15 minutes de bipbip de chargements) j’atteins enfin l’écran de titre.

img-indy1

Converted by Paragon, U.S. Gold, Atari.. J’en déduis que c’est un jeu Atari édité par US Gold et converti par Paragorn. L’écran de titre est assez joli, on reconnait bien le visage d’Indy. Après encore quelques minutes de chargement j’arrive enfin à l’écran du jeu. Ni une ni deux je branche mon speed king et je press fire.

img-indy2

Première impression : la musique. Elle est plutôt sympas et on reconnait bien le thème principal du film. Deuxième impression, beaucoup moins bonne, Indy est vêtu d’un bleu de travail :-s. La direction basse de mon speed king ne fonctionnant pas, je me vois obligé de voir défiler bêtement mes 5 vies et de changer de manette avant de pouvoir enfin explorer le niveau. Ce premier niveau est orienté plateforme-action. Armé de mon fouet je dois assommer les ennemis et taper sur des grilles pour libérer 9 enfants emprisonnés. Le problème est que les ennemis ne restent pas longtemps assommés, et que des qu’ils sont sur nous on perd une vie. Il faut donc arriver à bien gérer la durée pendant laquelle ils seront inoffensifs. De temps en temps un ennemi apparait et lance une boule de feu à tête chercheuse. Personnellement je n’ai jamais réussi a l’éviter. Quand cet ennemi pop c’est une vie en moins assurée.

img-indy3

Étant gamin j’avais ce jeu dans sa version disquette et je n’ai jamais réussi a passer le premier niveau. Je dois dire que je n’ai pas beaucoup évolué car après presque 1h de test je n’arrive toujours pas à le passer. C’est un labyrinthe d’échelle, une succession d’ennemi, de montée, de descente.. Tout est fait pour se perdre, tomber et mourir. Je me suis tout de même renseigné pour la suite. Le jeu possède 3 niveaux. Le deuxième se passe dans la mine aux commandes d’un wagon qu’il faut guider correctement jusqu’à la sortie. Dans le troisième niveau, on doit récupérer les pierres d’Ankara tout en évitant les ennemis.

Comme vous pouvez le voir le jeu reprend les grandes scènes du film. Mon avis personnel reste le même qu’à l’époque. Le jeu est très moyen, dur mais c’est tellement bon de jouer à Indiana Jones 🙂 J’avais vraiment un bon souvenir malgré tout et je dois dire que j’ai retrouvé un peu les mêmes sensations lorsque j’y ai rejoué.

img-indy4

Avr 282012
 

La Famicom (Family Computer), est une console de jeux Nintendo sortie en 1983 au Japon. C’est la NES, version japonaise, que nous connaissons sur notre continent. D’un point de vue technique la machine était très puissante. Elle était équipée d’un processeur 8 bits Ricoh, cadencé à 1,8Mhz environ. Ce même processeur était utilisé à l’époque par Apple pour ses ordinateurs Apple 2.

La force de la console ne résidait pas seulement dans sa puissance, mais aussi dans sa résolution de 256×240 pixels. Le nombre de couleurs affichables simultanément était lui aussi très impressionnant, pas moins de 52. Pour connaître le succès que l’on connait, et pouvoir sortir une machine aussi puissante à un prix abordable, Nintendo dut faire quelques concessions. Les manettes, par exemple, ne possèdent pas de prise et leurs fils sont directement soudés à  la carte mère. Le clapet qui protège le port cartouche de la machine s’ouvre manuellement..

Du coté de la boîte on trouve : La console, ses câbles, ses livrets et quelques publicités. La machine se branche sur le téléviseur par une prise d’antenne RF, comme les premières NES sorties chez nous.

Les cartouches ont un design très simple, les boites quant à elles sont en carton et pas beaucoup plus grandes que la cartouche. Comme vous pourrez le voir sur les photos ci-dessous, Nintendo avait conçu un logiciel nommé Family Basic. Muni d’un clavier, le Family Keyboard, on pouvait programmer ses propres jeux en langage Basic.