Août 242012
 

La CoreGrafx est une console de jeux créée par la société NEC. Elle apparaît sur le marché japonais en 1988 et vient remplacer dignement sa grande sœur la PC Engine. D’un point de vue technique, elle affiche les mêmes caractéristiques que précédemment à savoir deux processeurs Hu6280 cadencés à 7Mhz, un coprocesseur 16 bits pour la partie graphique, 64Ko de ram et un chipset son 6 voies. L’architecture interne a été revue afin d’optimiser les transferts entre les composants. Du coté des connectiques, on retrouve le port manette, la fiche d’alimentation 9 V / 650 mA et le bus extension pour les lecteurs CD-ROM de la marque. La sortie audio/video a par contre changé et se présente sous la forme d’une sortie RCA plus classique et de meilleure qualité que la sortie RF de la PC Engine. Le pad n’a pas changé de style mais se voit ajouter deux auto-fire bien pratiques dans certains jeux tels que les shoot’em up.

Nouvelle version rime forcément avec nouveau design : les dimensions sont identiques, les boutons et les prises restent au même endroit, par contre les dessins et les rainures ont été modifiés. La forme circulaire au-dessus de la console lui donne un look assez sympa. Au niveau des couleurs, on change complètement de style : le blanc a été remplacé par un noir plus agressif et le logo est devenu bleu. Pour finir, tous les jeux précédents restent bien évidemment compatibles avec ce nouveau modèle.

Cette version a connu beaucoup de succès au Japon, elle s’est même payé le luxe de passer devant la Famicom de Nintendo au niveau des ventes. Chez nous, c’est cette version que nous connaissons le plus et qui était importée officiellement par la société Sodipeng.

Avr 282012
 

La PC-Engine est une console de salon sortie en 1987 au Japon. Elle fût un peu plus tard, en 1988, importée officiellement en France par la société Sodipeng. Pour cela Sodipeng avait du procéder à quelques modifications pour convertir la machine aux normes françaises.

D’un point de vue technique, la console est équipée d’un CPU cadencé à 7.6 Mhz. Celui ci est soutenu par 8ko de RAM. La partie graphique est quant à elle équipée de deux GPU 16 bit! En effet cette machine est considérée par beaucoup comme une 8/16 bits. Elle gère ainsi 64 sprites et 256 couleurs affichables simultanément parmi une palette de 512 couleurs. Une particularité de la machine provient du fait que les sprites possédent leur propre palette de couleur, ce qui donnait des jeux vraiment très colorés. La partie sonore possède elle une plage de 6 voies stéréo. Les jeux étaient disponibles au format HuCard (format carte de crédit). La machine sera décliné en plusieurs versions et se verra pourvu un peu plus tard d’un lecteur CD-Rom, le premier de l’histoire du jeu video.

Voici le contenu de la boite. On trouve la machine, ses cables, ses livrets et son pad dans une boite en polystyrène. La boîte se fermait avec un couvercle cartonné assez fin. Celle que je possède est une version japonaise. Elle se branche sur la télé via une prise d’antenne et un module RF. Il faut donc que la télé soit compatible NTSC JP.

img-pce1

Une petite photo pour vous montrer la taille de la console. Selon moi NEC avait plusieurs d’année d’avance lorsqu’il a conçu cette machine. Tout était si miniaturisé. Vous pouvez comparer la taille de la console et celle de la manette. La console n’était pourvue que d’une prise manette. il fallait acheter un quintupleur, par exemple, pour pouvoir jouer à plusieurs. Je suppose que cela avait été fait pour réduire les coût de production.

img-pce2

Regardez la différence de taille avec une SEGA Master System, console sortie à la même époque (1985 au japon et 1987 en France) et beaucoup moins puissante.

img-pce3

Une petite photo pour vous montrer la taille des cartes HuCard. Voyez par exemple la différence avec une cartouche NES.

img-pce4

Pour finir une publicité (qu’on pouvait trouver dans Consoles+ par exemple) de Sodipeng, Société qui importait la machine en France.

img-pce5